07.02.2018

Facebook modifie son algorithme : que cela change-t-il pour la page de votre asbl ?

header article facebook.jpg

Le leader mondial des réseaux sociaux Facebook annonce une modification majeure de l’algorithme qui régit son fil d’actualité. Désormais, les posts partagés et commentés par des amis et membres de la famille ont la priorité, au détriment du contenu des entreprises, des marques et des médias. Le but étant de sanctionner le contenu impersonnel, devenu légion sur Facebook.


Son PDG Mark Zuckerberg évoque plus précisément les notions de bien-être et d’interactions sociales entre internautes pour justifier la nouvelle hiérarchisation du flux d’information.
Cette prise de position résulte de plusieurs constats. Non seulement, Facebook a été vivement critiqué pour le relais de fausses informations, mais le réseau social qui compte à ce jour 2,13 milliards d’utilisateurs actifs est également pointé du doigt par des experts en santé mentale. La façon dont l'interface Facebook était conçue jusqu’alors aurait des effets néfastes pour ses utilisateurs.

Si l’initiative semble donc bienveillante envers les usagers, que cela implique-t-il concrètement pour les associations, également touchées par cette perte significative de priorité de contenu ? À ce jour, cela concerne plus de 1,5 million d’associations inscrites, y compris SOCIALware, considérées comme des entreprises par Facebook.


Un secteur plus engageant, par nature


L’avantage des asbl est l’interaction qu’elles peuvent créer avec leurs donateurs et soutiens divers, grâce à leur authenticité. Cette notion de dynamisme est désormais fondamentale sur Facebook, dont le fil d’actualité valorise le contenu qui suscite des conversations entre les gens. En cela, les asbl ont un avantage sur les entreprises et les marques commerciales, moins propices à l’engagement d’une communauté. Ce nouvel algorithme constitue donc une opportunité pour le secteur associatif de capter l’attention. Utilisé à bon escient, Facebook peut en effet servir de porte-voix pour vos grandes causes.

Plus que jamais, pensez à créer du contenu « engageant », qui sera partagé naturellement par vos utilisateurs en raison de sa pertinence. Cela semble relever du bon sens, mais il s’agit à ce jour de la meilleure façon de garder une longueur d'avance.


Comment éviter le filtrage ?


Cette nouvelle politique prendra des mois avant d’être entièrement effective. Cependant, il est déjà temps de mettre à jour votre stratégie pour gérer la page Facebook de votre organisation. Progressivement, vos publications n'auront plus la même priorité pour vos « fans » que les photos de vacances ou une question posée ouvertement par leurs amis.
Voici quelques pistes de travail :

  • Avertir vos utilisateurs. En effet, ceux-ci auront toujours la possibilité de prioriser les pages dans leur fil d'actualité s'ils veulent voir les mises à jour des entreprises, marques et asbl de leur choix. Vous pouvez donc encourager vos partisans à ajuster leurs paramètres de fil d'actualité pour s'assurer qu'ils ne manqueront pas vos messages.
  • Créer des vidéos, de préférence en direct, car Facebook affirme qu'elles sont six fois plus interactives que les vidéos ordinaires. Notez que, de manière générale, tout contenu vidéo est plus performant que son équivalent texte.
  • Démarrer un groupe Facebook, afin d’augmenter le facteur d'engagement de vos messages. Un groupe a tendance à interagir davantage autour de contenus publics spécifiques, et peut être une façon plus personnelle d'engager des gens qui s'intéressent à votre cause.
  • Envisager Instagram. À ce jour, l'algorithme d’Instagram ne semble pas concerné par ces changements. C’est probablement le moment où jamais de démarrer un compte Instagram pour votre asbl, ou d’y être deux fois plus actif si c’est déjà chose faite.